Et  pourtant,  en  ce  dimanche  20  avril,  tout  avait  bien  commencé,  avec  petit  café,  brioche  et  optimisme  à  tous  les  étages.  La  fin  n’en  fut  pas  de  même,  le  froid  et  la  pluie  ayant  tempérés  les  ardeurs  les  plus  fougueuses  

    Mais  revenons  en  arrière  pour  analyser  cette  journée

    7h30  du  matin  à  la  halle  de  Meymac.  Le  jour  n’a  pas  pointé  le  bout  de  son  nez  que  déjà  Marc  et  Daniel  s’affairent  autour  du  tub  citroen  pour  préparer  le  café . Soudain,  le  bruit  sourd  d’un  moteur  de  camion  se  fait  entendre. C’est  Jean-Claude  et  son  GMC  qui  arrivent. Suivent  dans  la  foulée  Marcel  et  sa  Jeep,  Jean-jacques  et  son  Ford  Transit,  puis  pêle-mêle  le  U23  plateau-citerne  de  Jean-Claude  SIBIAL  (Si! Si!  Ça  existe), une  autre  jeep  pilotée  par  Jean-Joseph, la  C4  de  didier,  le  Berliet  TR  280  de  didier  EYMARD,  le  Bedford  dépanneuse  de  christian,  la  jeep  de  Jeannot  version  safari  avec  treuil  et  pare-buffle  intégrés,  une  autre  venant  du  76  et  en  dernière  position  l’imposant  Réo  de  Mica

  Tout  ce  joli  monde,  ayant  posé  pour  la  postérité,  ce  retrouva  à  discuter  mécanique   le  café  dans  une  main,  la  brioche  de  l’autre

   Enfin,  les  fauves  furent  lâchés,  et  c’est  dans  un  joli  vacarme  que  s’ébroua  tout  ce  joli  monde,  la  palme  du  bruit  revenant  au  Réo.  J’en  sais  quelque  chose,  j’étais  derrière

    Direction  la  route  des  hêtres  et  ses  nombreux  virages  histoire  de  se  faire  les  bras  puis  descente  vers  Barsanges,  le  Bournel,  la  Fonfrède  et  la  Nouaille  pour  se  retrouver  à  Gourdon-Murat

    Comme  vous  pouvez  le  constater,  les  concurrents  à  la  muscu  s’en  donnèrent  à  cœur joie,  les  routes  étroites  et  les  virages  serrés  obligeant  même  certains  à  faire  plusieurs  manœuvres  Je  pense  notamment  au  GMC,  au  Berliet  et  au  Réo  et  dans  une  moindre  mesure  à  la  dépanneuse  de  Christian  qui,  elle,  transportait  une  Jeep  qui  servait  de  lest

 

     Passé  Gourdon-Murat,  le  convoi  pris  la  direction  du  Madegal  pour  arriver  au  point  de  ravitaillement  à  Viam

     Et  c’est  sur  la  jolie  petite  place  de  Viam  que  les  participants  purent  enfin  laisser  libre  cour  à  leurs  papilles  gustatives,  celles-ci  goûtant  tour  à  tour  une  rondelle  de  saucisson,  un  morceau  de  jambon  ou  de  pâté  ou  bien  encore  un  bout  de  ce  fromage  qu’on  appelle  Cantal,  le  tout  arrosé  d’un  bon  petit  verre  de  rosé  bien  frais,  tout  ça  dans  la  bonne  humeur  et  la  convivialité    

     Les  mécaniques,  elles,  purent  souffler  un  peu,  sagement  alignées  comme  les  quatre  Jeep  ou  cote  à  cote  pour  certaines  autres,  le  Réo  dévoilant  même  avantageusement  ses  dessous

     Puis  vint  le  départ  pour  St-Setiers  et  le  fameux  repas  « à  la  roulante »

     Chacun  et  chacune  purent  admirer  les  paysages  printaniers  et  les  villages  traversés,  Tarnac,  St  Merd  les  Oussines  ou  encore  Millevaches  avant  d’arriver  à  la  croix  de  la  mission

   Petite  anecdote  en  passant:  Un  troupeau  de  vaches,  sans  doute  lassées  de  voir  passer  des  trains  se  pris  de  curiosité  pour  ces  engins  bizarres  qu’elles  voyaient  sans  doute  pour  la  première  fois  Certaines,  moins  effarouchées,  allèrent  même  jusqu’à  venir  sur  la  chaussée  admirer  ces  engins  mais,  se  rappelant  soudain  ce  vieux  proverbe  tibétain  « mieux  vaut  l’herbe  tendre  du  pré  que  la  calandre  du  GMC »  rebroussèrent  prudemment  chemin  pour  finalement  rejoindre  leurs  pénates,  aidées  en  cela  par  le  propriétaire  et  Christian  Chaudagne,  tout  content  de  se  dégourdir  les  jambes

    Passé  le  point  culminant  de  la  Corrèze,  938  mètres  (et  quelques  centimètres  en  plus  ou  en  moins  suivant  la  couche  de  neige),  les  participants  arrivèrent  enfin  à  la  croix  de  la  mission  ou  les  attendait  de  pied  ferme  Jeannot  Vassias,  juché  sur  sa  cuisinière  à  roulette.  Pardon  Jean-Claude

     Là,  chacun  put  goûter  à  la  potion  « JCM »,  vous  savez,  le  jus  de  fruit  qui  vous  chauffe  le  corps  et  l’esprit.  Puis  chacun  prit  place  pour  la  fameuse  soupe  de  pot  au  feu,  notre  cher  cuisinier  nous  gratifiant  même d’un  magnifique  « Chabrol »  Pensez  donc,  un  cubi  de  vin  rouge  dans  une  assiettée  de  bouillon,  comme  on  dit  par  chez  nous  « c’est  pas  fait  pour  les  mauviettes »  Et  ne  dit  pas  le  contraire  Jeannot,  c’est  sur  la  photo

  Suivit  le  pot  au  feu  en  question,  préparé  de  main  de  maître  par  notre  Jeannot  national  et  là,  tous  les  convives  furent  unanimes  pour  vanter  la  qualité  de  la  préparation  et  de  la  cuisson  et  je  suis  sur  que  certains  s’en  lèchent  encore  les  babines  Puis  vint  le  fromage  et  le  dessert,  en  l’occurrence  des  profiteroles.  Jeannot  Bascoulergues  nous  sortit  de  sa  jeep  une  bouteille  d’eau  que  je  qualifierais  de  vie,  bouteille  qui  passa  à  un  doigt  de  la  destruction,  sa  rencontre  inopinée  avec  une  tôle  de  la  Jeep  émettant  un  bruit  des  plus  douteux,  et  le  cœur  de  Jeannot  passant  de  70  à  140  pulsations  à  la  vitesse  supersonique,  mais  comme  toute  chose  qui  se  termine  bien,  dame  bouteille  finit  sa  vie  sur  la  table,  réchauffant  les  âmes  et  les  coeurs   

     Et  c’est  à  ce  moment  que  les  choses  se  corsèrent.  Comme  dirait  Obelix:  « Le  ciel  nous  tomba  sur  la  tète »  Ou  plutôt  des  trombes  d’eau

     Chacun  se  protégea  comme  il  put,  emmailloté  dans  une  couverture  comme  Jeannot,  déguisé  en  scaphandrier  ou  simplement  la  tète  dans  les  épaules  pour  éviter  les  gouttes  d’eau  passant  par  les  joints  de  pare-brise  

     Les  plus  chanceux  furent  Christian,  Jean-Jacques  et  Didier.  Pour  les  autres,  ce  fut  plus  laborieux.  Le  G.M.C.  et  autres  Jeep,  sans  portes,  se  transformèrent  vite  en  piscines  ambulantes  et  l’arrivée  à  Meymac  fut  des  plus  houleuse,  les  mécaniques  prenant  l’eau

     La  palme  du  festival  revint  sans  équivoque  au  « REO »  de  Marc  qui,  voulant  peut-être  faire  durer  le  plaisir,  tomba  une  bonne  vingtaine  de  fois  en  panne  sur  les  derniers  trois  kilomètres

     Mais  comme  toute  chose  qui  se  termine  bien,  tout  le  monde  sans  exception  se  retrouva, trempé  certes,  mais  content  pour  le  pot  de  l’amitié

     Si  les  véhicules  furent  moins  nombreux  que  l’an  dernier,  la  qualité  fut  au  rendez-vous,  tant  au  point  de  vue  véhicules  que  beauté  du  parcours  et  je  ne  parle  pas  de  la  restauration  Le  pot  au  feu  fut  royal

      Rendez-vous  est  pris  pour  2009

     (TEXTE ET PHOTOS Serge BARRIER)