RONDE DES BRUYERES 2006

 

        C’est par une fraîche matinée de juillet que le départ de la ronde des Bruyères a été donnée à USSEL pour une balade d’environ 120 kilomètres. Voici un petit reportage photo de cette sympathique journée très bien organisée et encadrée (vivement la prochaine). Je n’ai pu mettre les photos de tout les participants et j’espère que ceux qui ne s’y retrouveront pas ne m’en tiendront pas rigueur.

 

Fred

 

Le Lambretta du webmaster fraîchement restauré, à fond les ballons mais pas pour longtemps. En effet celui-ci finira peu après sur la remorque et je constaterai à la maison que ce n’était que le niveau de cuve qui était réglé trop bas (Arrrgh).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

« Vite, réparer avant que les autres ne mangent tout le casse croûte » qu’il pensait à ce moment, mais là suite lui apprendra qu’il l’avait dépassé depuis longtemps et il restera sur sa faim. (Pas grave, fallait qu’il attaque son régime un jour ou l’autre).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                         

Arrivée au premier arrêt aux ruines des Cars (Non il ne s’agit pas d’une casse de véhicules de transport en commun mais d’un ancien site Gallo romain).

Et oui on a beau être des motards mais on ne fait pas que parler boulons, on se cultive également.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un side Guzzi (california si je ne m’abuse).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une chtite teutonne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore une allemande (R12) à coté d’un Flandria.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et toujours des Béhèmes attelée et solo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant les Terrots.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tobecs et autres Motoconfort.

 

 

 

Les anglaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 N’oublions pas les japonaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fameuses ruines

 

 

Puis c’est l’heure de repartir.

 

Ho hisse, didiou, y a d’la compression la d’ssus.

 

Eh non je ne suis pas en colère sur ma KOEHLER ESCOFFIER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à BUGEAT pour le déjeuner gargantuesque.

 

Nous pensions qu’il voulait la petite sœur mais il nous a fait un petit discours.

 

 

 Et nous repartons plus gai.

 

Et plein d’entrain

 

N’oublions pas tout ceux qui ont assuré le jalonnage du parcours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernier arrêt panoramique pour se désaltérer avant le retour sur USSEL pour la remise des prix et le verre de l’amitié avant de repartir fourbu mais satisfait de cette excellent balade en cochant déjà la date sur le calendrier de l’année prochaine.